Le poids du monde

Le poids du monde

David Joy

Sonatine éditions

  • par (Libraire)
    17 septembre 2018

    L'enfer est de ce monde

    Il y a des destins marqués par la vie, nés sous l'office d'un maudit karma. Il en est ainsi pour Thad Broom, sa mère April et son frère de misère Aiden McCall. Trois destins cabossés par la vie qui tentent au retour de Thad d'Afghanistan de reprendre le fil de leur histoire. Vivant dans un mobile-home défraîchi situé sur la propriété de sa mère, en compagnie de Aiden son ami d'enfance, Thad renoue avec une destinée plombée. L'avenir qui se présente est sombre. Ravagée par la crise économique, la région des Appalaches en Caroline du Nord n'offre guère que misère et désolation à sa jeune génération. Difficile dans ce contexte de se projeter dans l'avenir, pourtant Aiden y croit encore. Vivant de menus larcins et de petits trafics, il pense que la chance leur sourit quand à la mort accidentelle de leur dealer, ils se retrouvent tous deux avec une quantité de drogue et d'argent inespéré. Mais aveuglé par sa foi en la rédemption, Aiden n'a pas mesuré la rage intérieure qui détruit Thad de jour en jour et la drogue qu'il consomme de plus en plus le rapproche tous les jours un peu plus de la folie. Alors ce « cadeau du dieu » si inespéré, » va devenir le « cadeau du diable » et la descente aux enfers sera terrible...

    Nouveau venu sur la scène littéraire américaine, révélé par Là où les lumières se perdent, David Joy confirme son talent dans ce nouvel opus et réitère l'exploit de nous offrir un roman sombre de grande qualité. Adepte du « roman rural noir», il se fait le témoin des laissés pour comptes du rêve américain, de cette Amérique profonde si souvent délaissée et loin des projecteurs, s'inscrivant ainsi dans les pas de grands auteurs américains tel que Cormac McCarthy, Ron Rash et Donald Ray Pollock. Auteur à suivre impérativement.


  • 11 septembre 2018

    États-Unis

    Le titre original convient mieux : "The Weight of This World".
    L’auteur nous parle d’un monde bien particulier : celui de l’Amérique profonde, de deux enfants qui n’ont pas connu l’amour de leur mère pour des raisons différentes et qui sont devenus plus que frères.
    Mais Thad s’est engagé dans l’armée et revient d’Afghanistan différent. Aiden quant à lui vit de petits boulots et de vols de cuivre dans les maisons abandonnées.
    Tout deux sont consommateurs de drogue de façon récréative, mais cela les perdra.
    Si j’ai eu l’impression, en début de roman, de lire un énième roman sur deux paumés, j’ai fini par m’attacher aux personnages, y compris la mère de Thad, April, qui couche avec Aiden.
    On découvre au fil des pages les blessures de chacun et leur façon de vivre ici et maintenant comme si l’avenir n’existait pas.
    Si, au départ, ils pouvaient sembler à milles lieues de mes préoccupations, ils sont si humains dans leurs faiblesses que je n’ai pu que m’attacher à eux.
    Et puis la nature omniprésente qui ne fait que les rabaisser elle aussi.
    Ce roman nous parle également des blessures profondes des soldats revenus d’Afghanistan, dans leur pays lui aussi violent et plein d’armes à feu. Ce traumatisme est rendu palpable par l’auteur. Le sujet m’a touché.
    N’oublions pas les anciennes gloires de lycée qui n’ont pas fait grand chose de leur vie dans cette Amérique qui chouchoute ses enfants mais ne peut leur offrir aucun avenir.
    C’est le second roman de l’auteur mais le premier que je lis. Cet auteur a des choses à dire, qu’il faut prendre le temps d’écouter.
    L’image que je retiendrai :
    Celle du chat d’April, Mittens, indifférent à tout.
    Une citation :
    Il y avait deux types de vie, et Aiden et lui étaient nés dans celui où les tests d’aptitude au service militaire avaient plus de sens que les tests d’admission à l’université. Mais en y repensant désormais, Thad n’arrivait plus à tracer cette démarcation. Qu’un homme soit né d’un côté ou de l’autre, il finissait toujours par faire des choses qui le hantaient pour le restant de sa vie. p.254

    https://alexmotamots.fr/le-poids-du-monde-davis-joy/


  • Le poids du monde

    Aiden et Thad vivent à Charley Creeks dans les Appalaches, amis d'enfance depuis que Aiden s'est enfui du foyer et que Thad l'a accueilli dans son mobile-home.
    Adulte, Thad s'engage et part en Irak puis en Afghanistan, Aiden vit de petits boulots et rêve de quitter cet endroit. Mais lorsque Thad revient, tout bascule, il est hanté par la guerre, se drogue et perd pied petit à petit. Il entraine Aiden dans une spirale infernale qui n'aura de cesse de les tirer vers le bas, toujours vers le bas....
    C'est vraiment l'histoire de deux gars cabossés par la vie et la guerre, pas nés au bon endroit au bon moment.
    Un très bon roman noir.