Une Partie de badminton

Une Partie de badminton

Olivier Adam

Flammarion

  • 8 novembre 2019

    Olivier Adam faisait partie des auteurs dont je lisais systématiquement (ou presque) ses romans. "Lisais" à l’imparfait car oui il y a eu un désamour ou plutôt une overdose de ses thèmes de prédilection. "Les lisières" ayant été de trop, je le boudais. "Une partie de badminton" m’a intriguée par son titre et sans lire la quatrième de couverture, je me suis lancée (je vis dangereusement) à le lire.

    Alors me direz-vous ? Si Olivier Adam ne s’est toujours pas converti au roman léger et bien il fait preuve d’une jolie auto-dérision avec son personnage de Paul Lerner. Cet écrivain revenu en Bretagne près de Saint-Malo a connu le succès et à quarante-cinq ans, il croyait que ses livres allaient lui assurer un bel avenir. Lui qui avait embarqué sa femme et ses deux enfants en Bretagne a eu envie de retourner vivre à Paris. Sauf que l’argent s’est tari comme la vente de ses livres : adieu la vie parisienne et re-bonjour les terres bretonnes. Parce qu’il faut faire faire bouillir la marmite, il travaille comme journaliste local, sa femme souvent absente jongle entre ses cours de prof et un centre d’accueil aux migrants. Leur fille Manon adolescente regrette amèrement Paris et l’exprime à sa façon tandis que son frère âgé de dix ans s’est très bien adapté. Pour Paul, sa vie d’écrivain est du passé et il se questionne. A-t-il fait les bons choix pour lui et pour sa famille ?

    Il y a du piquant, des réflexions joliment menées et d'autres beaucoup moins. Et selon moi, la fin tombe dans des clichés rocambolesques. Mais j’ai aimé ce Paul Lerner avec ses interrogations sur sa vie, sur son rôle de père et celui d’époux mais aussi avec toutes ses ambiguïtés. Dans ce portrait d'un homme et de notre société, l'auteur m'a surprise par l'humour dont il fait preuve. Malgré des défauts, ce roman m'a presque réconciliée avec Olivier Adam.


  • par (Libraire)
    30 septembre 2019

    coup de coeur de Marina

    Rien ne va plus dans la vie de Paul, naguère écrivain à succès, il est contraint d'abandonner Paris et le milieu littéraire pour devenir bien malgré lui journaliste dans un quotidien local. Il soupçonne sa femme de le tromper, sa fille supporte mal l'exil breton, et une jeune femme mystérieuse le suit, mais Paul a mûri et prend tout cela avec une certaine philosophie, jusqu'au jour où la machine s'emballe.On retrouve avec un immense plaisir la belle et mélancolique plume d'Olivier Adam dans cette partie de badminton assez haletante !


  • par (Libraire)
    24 septembre 2019

    Coup de coeur de Marina

    Rien ne va plus dans la vie de Paul, naguère écrivain à succès, il est contraint d'abandonner Paris et le milieu littéraire pour devenir bien malgré lui journaliste dans un quotidien local. Il soupçonne sa femme de le tromper, sa fille supporte mal l'exil breton, et une jeune femme mystérieuse le suit, mais Paul a mûri et prend tout cela avec une certaine philosophie, jusqu'au jour où la machine s'emballe.On retrouve avec un immense plaisir la belle et mélancolique plume d'Olivier Adam dans cette partie de badminton assez haletante !


  • par (Libraire)
    10 septembre 2019

    Retrouvez Olivier Adam avec son alter-égo littéraire et sa région de cœur. Contre toute attente, on le découvre peu tendre avec lui-même comme avec les autres en abordant nombre de sujets sensibles. La question est de savoir où la fiction rejoint la réalité...


  • par (Libraire)
    23 août 2019

    UN BON OLIVIER ADAM !

    Sarah et Paul et leurs deux enfants se sont réinstallés en Bretagne après un épisode parisien de 5 ans. Lui, écrivain qui a perdu le succès est embauché dans le journal régional; elle, professeure à Rennes après avoir enseigné en Seine-Saint-Denis. Leur couple va être entrainé dans une spirale difficile entre tromperies, fille adolescente vivant mal la délocalisation , la mère tentée par une aventure amoureuse et le mari qui est approché par une femme se prétendant sa soeur. De plus un groupuscule néo-fasciste sévit où Sarah aide des réfugiés dans un centre. Roman prenant où l'auteur revient à ses premiers livres et où il met de sa propre vie dans le roman. La deuxième partie est à lire avec délectation!


  • par (Libraire)
    23 août 2019

    Un héros commun, un scénario prenant

    Olivier Adam convoque, à travers le personnage de Paul Lerner, son double fictionnel, pour raconter l'histoire d'un quadragénaire dans la tourmente : professionnelle, conjugale, familiale, existentielle...

    Alors qu'il affronte les aléas de la vie comme ils viennent, Paul Lerner devient le spectateur d'un scénario prenant, parsemé de personnages complexes.
    Une invitation dans les profondeurs de l'âme de l'Homme...

    J'ai retrouvé la puissance psychologique découverte dans son roman de 2009, Des vents contraires, et l'intrigue m'a rappelé Le mystère Henri Pick de David Foenkinos. Très prenant !


  • par (Libraire)
    21 août 2019

    Conseillé par Fabienne, libraire

    Beaucoup de cynisme et d'autodérision dans cette "partie de badminton", au démarrage légère comme le volant mais qui s'intensifie au fil des pages. Olivier Adam observe avec l'acuité qui le caractérise ses congénères (et lui aussi par la même occasion !). Son écriture élégante est fluide, accessible. Un roman sensible, vif et percutant !


  • par (Libraire)
    21 août 2019

    Adam fidèle à lui-même

    Bon sang c’est quoi ce bazar? C’est quoi cette vie? Il y a des moments comme cela au cours d’une existence où tout semble partir en quenouille, où tout se dérègle. C’est ce moment particulier qui frappe de plein fouet Paul Lerner. Il prend en quelques jours plusieurs déflagrations simultanées: une jeune femme le suit pour lui avouer qu’elle est sa demi soeur, son meilleur ami décède et il découvre une vie parallèle à son épouse. Cela fait beaucoup pour un seul homme, âgé de 45 ans, ancien écrivain à succès en train de tomber dans l’oubli, revenu en Bretagne, après un séjour parisien de 5 ans et espérant se refaire à cette occasion une nouvelle vie.
    On le connait en plus ce Paul Lerner, c’est cet homme qui retourne voir les « Falaises » à Etretat où sa mère s’est jetée auparavant, c’est aussi Paul, écrivain de 40 ans des « Lisières » qui revient dans une banlieue pavillonnaire retrouver ses parents vieillissants. C’est un des doubles d’Olivier Adam, celui qui mélange pour nous perdre, des éléments réels de sa vie et ceux d’un personnage imaginé. Celui qui en fait en partageant ses sentiments de tous les jours nous renvoie notre image dans un miroir d’autant plus réel et fidèle qu’il reflète notre monde, celui des attentats, de la montée du racisme, de notre solitude dans un univers connecté, de nos difficultés à perdre nos enfants devenus adolescents. Des poncifs? Peut être mais le talent d’Olivier Adam est de faire de ce quotidien une oeuvre originale qui nous donne à mieux comprendre nos maux, nos difficultés à vivre, simplement parce que lui, ou Paul, prennent en charge toutes nos névroses, nos peurs. Ce n’est pas un caïd, un fier à bras, ce Paul. Plutôt un être qui a du mal à communiquer avec ses proches, ses collègues,et même ses amis. C’est ainsi. Tous les cinq ans Olivier Adam dresse le bilan de questionnements et des évènements de sa propre vie.

    Et comme à chaque fois, cette introspection s’accompagne d’un oeil aiguisé sur notre société et son évolution. Cela doit être probablement ce que l’on appelle « sentir l’air du temps ». Les allers-retours Bretagne Paris permettent d’explorer deux univers: celui des bourgeois bohême d’abord, ces fameux Bobo, avec lesquels Paul-Olivier a travaillé. L’univers de l’édition, du cinéma, des expositions, de la culture dévorée presque au quotidien. Celui de la province ensuite, en l’occurence St Lunaire, Dinard, St Malo, des balades sur les plages, du retour à la nature. Evidemment on préfère Olivier Adam quand, d’un style fluide, il décrit les rochers, la côte, la pluie et les nuages qui reviennent sans cesse comme un symbole du quotidien. Mais il est trop lucide, et trop honnête pour en faire un paradis. Il manie à la perfection une auto dérision salutaire y compris dans sa vie familiale que secoue son épouse et une fille en train de quitter l’adolescence. Il faut négocier car l’existence est
    « un sacré sac de noeuds, un putain de sport de rue et Paul acquiesça.
    -Sûr c’est pas du badminton »,
    comme le chante Alain Chamfort.
    On se laisse entrainer avec plaisir dans ce labyrinthe et le récit réserve son lot de surprises avec une fin remarquable qui laisse le soin au lecteur de savoir si Paul va gagner cette fameuse partie de badminton ou comme le dit Olivier Adam, s’il va falloir négocier avec « la loi de l’emmerdement maximum ».

    Eric.


  • par (Libraire)
    27 juillet 2019

    Rebond

    On a plaisir à lire ce nouveau roman d'Olivier Adam dont la narration fluide se met au service d'une structure romanesque qui se tend peu à peu. On y retrouve Paul Lerner, double romanesque de l'auteur, personnage tout autant romancier et sur le déclin, moqué par la critique puis délaissé et oublié, devant quitter Montmartre pour se réinstaller en Bretagne, entre Cancale et St-Malo, devenant journaliste local pour vivoter. On apprécie au travers de nombreuses péripéties familiales et professionnelles ce personnage de l'entre-deux : entre deux âges du quarantenaire, entre deux situations du romancier devenu apprenti journaliste, entre deux moments d'un couple qui vacille, entre deux du fils qu'il est encore et du père de deux adolescents qu'il est devenu. Le romancier porte un regard sur lui-même plein d'interrogations et d'humour au sujet de ses ambiguïtés, de ses incohérences, de sa sensibilité à fleur de peau mais aussi de sa légitimité à parler des milieux populaires alors qu'il vivait dans un entre soi de bobo. Bref, il est ici question de famille, de couple, de liens familiaux, de paternité mais aussi de migrants, de racisme, de corruption locale, de politique et de liberté. Autant de fils thématiques et narratifs parfaitement tressés dans une solide trame romanesque aux nombreux rebondissements.