La Lettre à Helga

La Lettre à Helga

Bergsveinn Birgisson

Zulma

  • 5 janvier 2014

    Amour, Islande

    Je ne suis pas tombée sous le charme de cette lettre d'amour à Helga. D'abord parce que la vie rude de Bjarni n'a rien d'attrayant pour moi, ensuite parce que je n'ai pas "senti" tout son amour pour Helga.

    J'ai trouvé que Bjarni préférait sa terre, sa vie de village à son amour. Même si il épie sa fille en secret.

    Et puis la "pisse"(sic), encore et tout le temps, à toutes les sauces, la pisse des hommes et des bêtes comme remède miracle, à force, ça lasse.

    Une lettre sur la vie en Islande qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

    L'image que je retiendrai :

    Celle de la baignoire de pisse, justement, dans laquelle on trempe les moutons pour les soigner de la gale.


  • par (Libraire)
    22 novembre 2013

    Magnifique

    L'attachement à sa terre natale, son travail, le désir, les regrets, les souvenirs : tout se mêle dans cette lettre d'un éleveur de moutons, destinée à Helga, une femme qu'il a aimée autrefois et qu'il aime toujours...


  • par (Libraire)
    15 novembre 2013

    une belle lecture

    un très vieil homme, un pied dans la tombe, qui peut maintenant se permettre de tout dire : l'amour de sa terre et des esprits qui la peuplent, la frustration d'un mariage stérile, et sa passion pour Helga.

    On pourrait craindre la nostalgie un peu mielleuse, on est au contraire dans une écriture vivifiante, drôle, intelligente et sans tabou, pour une lecture très plaisante.


  • par (Libraire)
    27 octobre 2013

    « Chère Helga,
    Certains meurent de causes extérieures. D’autres meurent parce que la mort depuis longtemps soudée à leurs veines travaille en eux, de l’intérieur. Tous meurent. »

    C'est aux frontières de la mort que Bjarni Gíslason de Kolkustadir, notre narrateur, a choisi de prendre sa plume afin d'évoquer une dernière fois son amour pour Helga, cette femme qu'il désira puis aima au plus profond de son être. Mais cet amour fortement mis en péril obligera le vieil homme a choisir entre une partie de lui-même et son attachement à Helga.
    Fera-t-il le bon choix ?

    Pétri de lyrisme et de poésie, ce puissant roman épistolaire est aussi un hymne à la ruralité islandaise des années 30, vous assurant ainsi un dépaysement total.


  • 22 octobre 2013

    L'amour, même s'il est sincère, passionné et partagé, conserve toujours une part de non-dits, voire de mensonges. On veut se montrer sous son meilleur jour, on ne dévoile pas tout par crainte d'être ridicule ou mal compris, on veut garder une part de mystère. Mais à 90 ans, Bjarni Gislason n'a plus ce genre de scrupules, il n'a plus rien à cacher et peut enfin ouvrir son coeur. Dans une longue lettre, il raconte à Helga, la femme qui fut sa maîtresse, toute une vie sans elle parce qu'il n'a pas eu le courage de tout quitter pour vivre cet amour.

    Il dit sa culpabilité, ses regrets,ses sentiments. Mais il raconte aussi son Islande, sa campagne, ses moutons, sa terre, tout ce qu'il n'aurait pu abandonner pour vivre à la capitale. Helga, enceinte de ses oeuvres, ne voulait pas rester au village et subir les commérages. La seule solution était d'aller à Reykjavik, se fondre dans la foule et travailler pour les forces d'occupation américaines. Bjarni avait-il vraiment le choix? Pouvait-il laisser derrière lui une terre transmise depuis des générations, un mode vie, des traditions et risquer de se perdre en ville, de n'être plus son propre patron, de travailler sans profiter du fruit de son labeur, de peut-être ne plus aimer Helga à force d'être malheureux? Quoi qu'il en soit, Bjarni est resté, pour Unnur,sa femme stérile et aigrie, pour ses bêtes, pour sa terre, pour sa vie telle qu'elle était. Helga a rompu, son mari ignorant de tout, a élevé sa fille et Bjarni a du se contenter de ses jumelles pour observer de loin la femme aimée, la famille qui aurait pu être la sienne.

    Une lettre de 130 pages qui résume une vie d'éleveur ovin islandais dans les années 40. Ce témoignage-là est intéressant, qui parle de traditions orales, de légendes, des moutons, de la satisfaction du travail bien fait, des difficultés, des rigueurs du climat,etc. Par contre l'histoire d'amour est plus ambiguë. Bjarni en parle, et il en parle bien, sans fausse pudeur, alternant visions romantiques et mots les plus crus. Mais malgré ses grands discours, il est difficile de faire la balance entre désir et sentiment. Certes, il désire Helga, d'autant plus qu'elle est bien gironde sa voisine! Et qu'Unnur, sa légitime épouse, charcutée par les médecins semble, ne fait l'amour que dans la souffrance. Mais l'aime-t-il ? Pas suffisamment pour changer de vie, en tout cas. Son amour n'a-t-il pas plutôt grandi dans l'absence ? Ils n'ont pas connu les petits soucis du quotidien qui lentement érodent les sentiments, alors cet amour est plus fantasmé que réel. Bjarni était-il trop attaché à sa vie de paysan ou a-t-il tout simplement manqué de courage ? Helga, radicale, le chasse de sa vie; Mais quand elle lui laisse une deuxième chance, encore une fois, Bjarni se défile...L'amoureux transi ne serait-il qu'un lâche? Ou plus simplement un homme qui voulait le beurre et l'argent du beurre ?
    Pas inoubliable mais très bien écrite, cette confession d'un vieillard à l'amour de sa vie est une lecture savoureuse et riche en émotions qui interroge sur les choix de vie et leurs conséquences, sur l'amour, la passion charnelle, la vie tout simplement.


  • par (Libraire)
    22 septembre 2013

    A plus de 90 ans, Bjarni Gislason a décidé d'écrire une dernière lettre. Une lettre destinée à sa chère Helga, son seul véritable amour.Cet éleveur de brebis islandais a préféré renoncer à l'amour de sa vie plutôt que de quitter sa campagne islandaise.Désemparé par l’attitude de sa femme devenue stérile et rétive à l’amour, il rencontre une plantureuse paysanne troublée par sa manière experte de palper les brebis.Dans
    ce livre-confession drôle et torride, on découvre un homme entier, profondément amoureux de sa terre et de ses origines au point de leur sacrifier l'amour de sa vie.L’émouvante chronique d’un amour impossible. Nostalgie et romantisme.


  • par (Libraire)
    4 septembre 2013

    L'amour (en toute lettre)

    Bjarni a été éleveur de moutons. Il a connu un grand amour dans sa vie : Helga avec laquelle il n'a pourtant jamais vécu. Arrivé au terme de sa vie, il lui écrit une lettre dans laquelle il se livre tout entier, avec ce qu'il y a de meilleur (mais aussi de moins bon en lui). Et c'est avec ses mots à lui, ses mots d'homme, qu'il exprime son désir. Beau, fort et sans détour, c'est un texte bouleversant de sincérité.
    Sa lettre, empreinte de poésie et de références aux grandes sagas nordiques, dévoile également un être d'une grande sensibilité. C'est en cela aussi qu'il est vraiment touchant. Il semble avoir développé au contact de ces textes une sorte de philosophie vitaliste qui l'aide à avancer.
    Entre landes sauvages et mers déchainées, une lettre proprement décoiffante !


  • par (Libraire)
    3 septembre 2013

    Un petit bijou !

    Qui n'a jamais eu le sentiment de passer à côté d'une Histoire ? Emprunt de poésie et de sensualité, "La lettre à Helga" est un petit bijou, un texte très émouvant, où les senteurs de la terre d'Islande se confondent avec une histoire poignante. Splendide !


  • par (Libraire)
    22 août 2013

    Un roman épistolaire, une magnifique lettre d'amour écrite par un vieil homme qui a eu une liaison adultère foudroyante avec Helga.
    Dans une nature sauvage et magnifique, il refusa de quitter sa terre natale et de l'accompagner à Reykjavik. Il restera malheureux, et quand sa femme décèdera 40 ans plus tard, ce sera "la lettre à Helga".
    Un texte poétique, harmonieux, une écriture lyrique, imagée, enlevée et surtout drôle, on est ému, mais on rit souvent !
    Christine


  • par (Libraire)
    21 août 2013

    Touchant

    Quelle magnifique histoire d'amour que cette longue lettre d'un homme à la femme aimée, désirée et illégitime. Cette femme est en lui, elle est dans toutes les terminaisons de son corps et vit au travers de ses yeux, de ses mains de berger. Elle le hante jour après jour. Cela devient une obsession. La terre d'Islande est le décor de cette passion unique et troublante et son relief doux et sinueux semble parfois se confondre avec le corps d'Helga.
    Intimement liée à la nature, sa confession nous touche autant qu'elle nous hypnotise.


  • par (Libraire)
    20 août 2013

    La lettre à Helga est la réponse d'un vieil homme, à la femme qu'il a toujours profondément aimée. Une réponse qui arrive bien des années après le courrier d’Helga, à l’âge où un homme peut se permettre d’évoquer sans fard les faits et les sentiments de toute une vie. Cette longue lettre revient sur l’histoire d’un amour passionné et impossible dans les vastes paysages islandais aussi rudes que majestueux.

    Mariés chacun de leur côté, Bjarni, éleveur de moutons et contrôleur du fourrage et Helga jeune paysanne, sont d’abord victimes des rumeurs malintentionnées des autres villageois avant de succomber au désir et à l’amour retenus depuis de longues années. Malheureusement, au début du XX° siècle, décider de quitter son foyer et ses terres pour s’inventer une nouvelle vie en ville n’est pas si simple...
    Un roman charnel et envoûtant dans lequel le travail et l’amour de la terre sont dépeints avec autant de grâce que les sentiments humains.


  • par (Libraire)
    17 août 2013

    Réjouissant !

    A 95 ans, Bjarni, ancien éleveur de moutons, écrit à Helga, son amour de jeunesse, amour contrarié par la vie mais qu'il ne cesse de porter en lui. Et c'est tout un monde, toute une vie qui surgissent dans l'âpre et attachante ruralité islandaise où la vigueur d'un bouc comme la beauté d'une femme sont sources d'émotions, fortes et simples et de profondes tendresses. Une pépite réjouissante, alerte et revigorante, parfois grivoise, à l'humour tendre.


  • par (Libraire)
    5 août 2013

    Très beau!

    Par l'écriture d'une lettre à son amour perdu, le narrateur, un fermier pêcheur Islandais raconte sa vie et les traditions paysannes perdues. C'est avec beaucoup de poésie que l'auteur nous conte cet amour puissant ainsi que l'attachement aux racines. C'est un très beau roman mêlant intensité des émotions et découverte d'un pays rude, le tout avec une superbe écriture! A découvrir absolument!