Marcelin
EAN13
9791023409390
Éditeur
Ska Éditions
Date de publication
Collection
Noire Sœur
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Marcelin

Ska Éditions

Noire Sœur

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9791023409390
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    2.99
Marcelin a enfoui dans sa mémoire un lourd secret jusqu’à l’oublier. Mais le
destin peut disposer parfois d’un révélateur cruel...

TOUT LE MONDE n’a pas la chance d’être né fils de riches quincailliers-bazar
disparus en mer aux abords de Venise lors d’une croisière à six cent cinquante
euros la semaine.
À dix-huit ans et un jour, Marcelin l’eut.
*

Son portrait :
Grand, fin, sec, paire de lunettes mutualiste, front bas coupé en deux par une
fine ride horizontale. Bouche assortie. Lèvres aussi minces que les queues des
cerises. Et un nez.
Le nez ?... Surplombant un buisson d’épineux, un bout de chair déjà vieux avec
des trous pour respirer. Comme le hasard ne fait rien à la légère, Marcelin
naquit sourd d’une oreille, la gauche, et radin comme pas deux !
Si l’estime était un vent, beaucoup de mes amis auraient les cheveux
ébouriffés. Ceux de Marcelin, pareils à une fiente tombée du ciel, humide et
argileuse, sur la peau de son crâne bosselé semblaient s’être figés depuis
toujours.
Sa vie (ce que nous en savions) :
Enfance solitaire. Deuil des parents.
Vente du commerce familial.
Acquisition de l’ancienne maison du docteur Fretin décédé, Villa Verlaine.
Achat d’un costume. Quarante années.
Cent soixante saisons. Quatorze mille six cents jours... et autant de demi-
baguettes trempées dans du chocolat.
Sa mort :
Prématurée.

Rien ne vient jamais combler l’absence d’amour de ses géniteurs. La solitude
en est le prix surtout lorsque la mémoire met le boisseau sur d’infames
souvenirs. Mais le destin est en embuscade dans toute sa noirceur. La
naissance de Marcelin est anthologique. Cazenave nous invite à pénétrer un
univers constitué de personnages déglingués pour lesquels on ne peut se
dispenser d’avoir pour eux une grande tendresse, finalement.

*[10e]: Dixième
S'identifier pour envoyer des commentaires.