Chair de la terre, œil de l'eau, Paysanneries et recompositions de campagnes en Imerina (Madagascar)
Éditeur
IRD Éditions
Date de publication
Collection
À travers champs
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Chair de la terre, œil de l'eau

Paysanneries et recompositions de campagnes en Imerina (Madagascar)

IRD Éditions

À travers champs

Offres

  • AideEAN13 : 9782709924696
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    2.99
Paysages et paysans merina sont au cœur d'une géographie intimiste des
campagnes malgaches. Le paysage de ces hautes terres tropicales s'articule sur
deux unités : la colline à fine pellicule de sols (la « chair de la terre »)
et le bas-fond organisé autour de l'eau (« l'œil de l'eau »). Collines et bas-
fonds sont perçus et interprétés par les paysans qui les valorisent et
n'hésitent pas à les remodeler. La mosaïque rurale de l'Imerina est illustrée
par les exemples de trois petits pays situés à faible distance de la capitale
Tananarive. Leur personnalité résulte de combinaisons entre héritages
historiques et permanences écologiques. Leur ruralité s'enrichit également de
liaisons avec la grande ville qui suscitent de nouvelles activités. Chaque
petit pays s'inscrit dans une dynamique sociale qui s'enracine dans le passé.
À partir de ces histoires particulières, la crise des années quatre-vingt a
joué un rôle d'accélérateur pour l'invention de solutions locales (eucalyptus,
ananas, élevage laitier). La quête quotidienne de numéraire entame la
production rizicole, fondement de l'alimentation. Contexte naturel, histoire
des lieux et ruralité des sociétés construisent une identité merina que des
initiatives paysannes ne cessent de recomposer. Le développement rural ne
réussira pas en dehors de ces dynamiques locales, atout et gage d'espoir.
S'identifier pour envoyer des commentaires.