L’éducation: son rôle, sa nature et ses bases psychologiques
Éditeur
Editions Le Mono
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L’éducation: son rôle, sa nature et ses bases psychologiques

Editions Le Mono

Offres

  • AideEAN13 : 9782366597325
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    2.49
Ce livre basé sur les travaux d’Émile Durkheim et Gustave Le Bon, traite du
rôle, de la nature et des bases psychologiques de l’éducation. Le mot
éducation a été parfois employé dans un sens très étendu pour désigner
l’ensemble des influences que la nature ou les autres hommes peuvent exercer
soit sur notre intelligence, soit sur notre volonté. Selon Stuart Mill, elle
comprend « tout ce que nous faisons par nous-même et tout ce que les autres
font pour nous dans le but de nous rapprocher de la perfection de notre
nature. Dans son acception la plus large, elle comprend même les effets
indirects produits sur le caractère et sur les facultés de l’homme par des
choses dont le but est tout différent : par les lois, par les formes du
gouvernement, les arts industriels, et même encore par des faits physiques,
indépendants de la volonté de l’homme, tels que le climat, le sol et la
position locale. » Mais cette définition comprend des faits tout à fait
disparates et que l’on ne peut réunir sous un même vocable sans s’exposer à
des confusions. L’action des choses sur les hommes est très différente, par
ses procédés et ses résultats, de celle qui vient des hommes eux-mêmes ; et
l’action des contemporains sur leurs contemporains diffère de celle que les
adultes exercent sur les plus jeunes. C’est cette dernière seule qui nous
intéresse ici et, par conséquent, c’est à elle qu’il convient de réserver le
mot d’éducation. Mais en quoi consiste cette action sui generis ? Suivant
Kant, « le but de l’éducation est de développer dans chaque individu toute la
perfection dont il est susceptible ». Mais que faut-il entendre par perfection
? C’est, a-t-on dit bien souvent, le développement harmonique de toutes les
facultés humaines. Porter au point le plus élevé qui puisse être atteint
toutes les puissances qui sont en nous, les réaliser aussi complètement que
possible, mais sans qu’elles se nuisent les unes aux autres, n’est-ce pas un
idéal au-dessus duquel il ne saurait y en avoir un autre ? Et quels sont les
fondements psychologiques devant servir de base à l’éducation?
S'identifier pour envoyer des commentaires.