Tongue’s imperial fiat, Les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning
Éditeur
Presses universitaires de Strasbourg
Date de publication
Collection
Études anglophones
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Tongue’s imperial fiat

Les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning

Presses universitaires de Strasbourg

Études anglophones

Offres

  • AideEAN13 : 9791034404810
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    12.99

Autre version disponible

Dans la lignée des poètes romantiques dont il se veut l’héritier, Robert
Browning développe une poétique originale de l’oralité dans l’écrit en faisant
parler des hommes et des femmes, jeunes ou vieux, réels ou fictifs, d’époques
et de conditions sociales très diverses. Cette poétique de la voix s’élabore
dès les premiers poèmes et les pièces de théâtre, dans lesquels Browning
expérimente constamment de nouveaux modes d’expression qui assemblent des
éléments lyriques et dramatiques. La forme du monologue dramatique, qui
apparaît dans les recueils phares des Dramatic Lyrics (1842), Dramatic
Romances and Lyrics (1845), Men and Women (1855) et Dramatis Personae (1864),
lui permet de déployer la gamme de ses possibilités. Browning met en place un
assemblage subtil d’où émerge un matériau phonique dense et humain, dans
lequel différentes variables se combinent pour créer un rythme et une identité
vocale propres à chaque locuteur. La polyphonie culmine dans l’écriture fuguée
qui caractérise The Ring and the Book (1868-1869). Cette enquête policière,
dont le lecteur est le détective, est une œuvre majeure et foisonnante dont la
structure polyphonique retentit d’accents aussi bien carnavalesques que
philosophiques - et par-dessus tout ironiques - exposant ainsi ce qui
constitue pour Browning les mille couleurs du kaléidoscope humain.
S'identifier pour envoyer des commentaires.