L'exilée
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'exilée

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374635415
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    1.99
**Pierre Loti** (1850-1923)

"Au courant de ma vie errante, il m’est arrivé une fois de m’arrêter dans un
château enchanté, chez une fée.

Le son lointain du cor dans les bois a le pouvoir de faire revivre pour moi
les moindres souvenirs de ce séjour.

C’est que le château de la fée était situé au milieu d’une forêt profonde dans
laquelle on entendait constamment des trompettes militaires au timbre grave se
répondre comme de très loin. Ces sonneries étrangères, inconnues, avaient une
mélancolie à part, semblaient des appels magiques, dans l’air sonore qu’on
respirait là, – l’air silencieux, vif et pur des cimes...

La musique a pour moi une puissance évocatrice complète ; des lambeaux de
mélodie ont conservé, à travers le temps, le don de me rappeler mieux que
toutes les images certains lieux de la terre, certaines figures qui ont
traversé mon existence.

Donc, quand j’entends au loin des trompes sonner, je revois tout à coup, aussi
nettement que si j’y étais encore, un boudoir royal (car la fée dont je parle
est en même temps une reine), donnant par de hautes fenêtres gothiques sur un
infini de sapins verts serrés les uns aux autres comme dans les forêts
primitives. Le boudoir, encombré de choses précieuses, est d’une magnificence
un peu sombre, dans des teintes sans nom, des grenats atténués tournant au
fauve, des ors obscurcis, des nuances de feu qui s’éteint ; il y a des
galeries comme de petits balcons intérieurs, il y a de grandes draperies
lourdes masquant des recoins mystérieux dans des tourelles... Et la fée me
réapparaît là, vêtue de blanc, avec un long voile ; elle est assise devant un
chevalet et peint sur parchemin, d’un pinceau léger et facile, de
merveilleuses enluminures archaïques où les ors dominent tout, à la manière
byzantine : un travail de reine du temps passé, commencé depuis trois années,
un missel sans prix, destiné à une cathédrale."

6 récits :

"Carmen Sylva" - "L'exilée" - "Constantinople en 1890" - "Charmeur de
serpents" - "Une page oubliée de Madame Chrysanthème" - "Les femmes
japonaises"

La reine Elisabeth de Roumanie qui écrivait sous le nom de plume "Carmen
Sylva" fut une grande amie de Pierre Loti...
S'identifier pour envoyer des commentaires.