L’affaire Louise Carter, Roman
Éditeur
Slatkine & Cie
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L’affaire Louise Carter

Roman

Slatkine & Cie

Offres

  • AideEAN13 : 9782889441259
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    10.99

Autre version disponible

**Une surprise de taille attend Tristan lorsqu'il revient en Corrèze après des
années d'absence...**

À Eiberlacho, il ne se passait pas grand-chose, la vie était simple. L’été
s’étirait en famille, rythmé par les devoirs de vacances et les baignades le
long de la Vézère. Je faisais l’expérience de perceptions nouvelles,
l’épaisseur du silence, le grincement des portes, le goût du lait, la sonnerie
du gros téléphone, les baisses de tension le soir, le picotement des draps en
lin, et même l’eau du bain qui ne rinçait pas. C’est à la faveur de ce pas
grand-chose que j’ai découvert et appris plus que partout ailleurs.
Après des années à l’étranger, Tristan revient en Corrèze avec ses deux filles
pour un dernier été à Eiberlacho, la maison de famille qu’il s’est résolu à
vendre. À peine arrivé, il apprend que Louise Carter l’a désigné comme
exécuteur testamentaire d’une somme vertigineuse.
Le problème, c’est qu’il n’a jamais entendu parler de Louise Carter.

**Découvrez le roman de Xavier Pietri qui explore avec finesse la mémoire des
lieux, comme un incroyable espace où revisiter nos vies.**

EXTRAIT

Je réorientais le cours des choses et j’abandonnais la douce nostalgie de tout
ce qui s’était créé là. Je me libérais du mausolée des souvenirs, de la
présence d’êtres inanimés, de ce que les pierres avaient à me dire, du regard
des arbres, des murmures du jardin. La vente de la maison ne réjouissait ni ne
blessait personne, elle ne provoquait ni révolte ni indignation, si ce n’est
le tumulte intérieur de quelques souvenirs qui vagabondaient encore, rebelles
et insoumis. Eiberlacho nécessitait un projet complet à mener en France et la
soudaine disparition de ma compagne avait mis fin à toute velléité
d’installation. Ainsi s’évanouissaient la douceur de ces moments sensuels dont
seul l’été français a le secret, la parenthèse solaire qui s’étire
langoureusement entre paresse et convivialité, où on se réchauffe de
retrouvailles, autour d’une grande table ombragée à goûter de tout, à débattre
de rien, où on s’abandonne lascivement au soleil et à quelques pages de
littérature et où on comprend qu’on ne dormait pas assez pour que la caresse
de l’ombre sonne l’heure d’enfiler une chemise sur nos peaux brunies pour
l’inévitable apéritif du soir. Il fallait être amoureux pour embrasser cet
été-là.

Nous ne l’étions plus. L’idée de la séparation s’était imposée au fil du
temps, presque naturellement. J’arrachais cette page d’autant plus facilement
que Charlotte et Annabelle ne se projetaient pas à Eiberlacho. Je croyais
cette décision banale, détachée de conséquences. Je n’imaginais pas le souffle
des forces mystérieuses, venues de loin pour déranger les pierres.

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Xavier Pietri** vit à Toronto et trouve son inspiration dans la région de
Brive où sa maison pourrait s’appeler Eiberlacho.
S'identifier pour envoyer des commentaires.