Les frères Rattaire - L'affaire des oubliés de 1914-1918
EAN13
9782350871516
ISBN
978-2-35087-151-6
Éditeur
Héloïse d'Ormesson
Date de publication
Collection
Documents
Nombre de pages
125
Dimensions
20 x 14 x 1 cm
Poids
165 g
Langue
français
Code dewey
944.586
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les frères Rattaire - L'affaire des oubliés de 1914-1918

De

Héloïse d'Ormesson

Documents

Offres

L'affaire des oubliés de 14-18
Dans toutes les communes de France, l'histoire de la première guerre mondiale s'est écrite dans les larmes et dans l'honneur. Entre 1920 et 1925, plus de 30 000 monuments aux morts sont commandés et érigés à travers la France. Il en est ainsi au Moutaret. En 1920, ce village du Dauphiné abrite près de 580 habitants perchés à 580 mètres d'altitude et à 580 kilomètres de Paris. Loin du front d'Artois ou de celui de la Meuse, il vit au rythme des saisons grâce à des terres fertiles. L'usine des forges, qui produit un minerai de fer si utile en temps de guerre, offre le plein emploi. En août 1914, l'ordre de mobilisation générale envoya au front son contingent de jeunes costauds du village. Ils furent plus de trente jeunes, tous âgés de moins de 40 ans, fiers de rejoindre leurs unités et de revêtir le pantalon garance, la capote grise, le képi à visière en cuir noir et les brodequins cloutés qui constituaient l'uniforme du soldat français. Quatorze d'entre eux ne revinrent pas. Quatorze victimes du grand conflit, mais seulement neuf noms gravés sur le monument aux morts de la commune. Quatorze drames, quatorze sacrifices, quatorze deuils, mais seulement neuf morts pour la France reconnus publiquement. Pourquoi cinq absents ? Qui a décidé d'omettre la mention de cinq braves, dont trois frères d'une même famille (les Rattaire), sur la pierre et le marbre du souvenir ? C'est l'histoire de ce scandale que retrace ce livre.
Une plongée fascinante dans la France des années 20, entre François Mauriac et Alain Fournier.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Philippe Langenieux-Villard