Le retrait en magasin des commandes se fera de 14h à 17h du mardi au samedi.

Voyageuse, tome 2
Éditeur
Editions Plumes Solidaires
Date de publication
Collection
Plumes de rêve
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Voyageuse, tome 2

Editions Plumes Solidaires

Plumes de rêve

Offres

  • AideEAN13 : 9791096622788
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    6.99
**RÉSUMÉ**

Lorsque Kanyin prend la décision de se rendre à Shanghai pour un semestre
d’échange, ce n’est pas uniquement pour son potentiel avenir de traductrice,
mais aussi et surtout pour retrouver Jun, disparu depuis peu.

Elle ne s’attend pas à retrouver Ji wei sur place, à la recherche lui aussi de
sa moitié.

À deux, puis à quatre et enfin à cinq, ils se plongeront dans une enquête
singulière, qui les mènera malgré eux aux portes d’un mystère encore plus
grand...

**EXTRAIT 1**

J’étudiais encore son collier lorsqu’elle sonna la cloche qu’elle tenait en
mains. Une porte que je n’avais pas remarquée jusque-là s’entrouvrit aussitôt,
un jeune homme sur son seuil. Dans la vingtaine, il resplendissait de beauté :
sa peau couleur ébène luisait presque, son regard sombre envoûtait, ses
longues locks se révélaient d’un tombé presque provocant. De taille moyenne —
un mètre quatre-vingts —, il n’était ni trop mince ni trop large. Il
s’avançait vers moi d’un air menaçant lorsque je trouvai enfin la force de me
défendre — en mandarin :

— Je suis une amie de Jun ! Je veux juste en apprendre plus sur sa disparition
! Promis !

L’inconnu s’arrêta, puis se tourna vers son acolyte. Celle-ci me fixait avec
intérêt, désormais.

**EXTRAIT 2**

À la page 500 toutefois, je remarquai un symbole écrit à la main. Il avait la
forme d’une croix, avec des demi-cercles à chaque bout et un cercle au milieu.
Il m’évoquait aussi bien l’ancre que la roue d’un navire, mais pas que : il
avait quelque chose de singulier, de familier.

Je plissai le front, cherchant dans ma mémoire où j’avais déjà vu quelque
chose de similaire. Ne trouvant rien, je poursuivis ma fouille. Je repérai le
même signe une seconde fois dans l’ouvrage, ce qui éveilla ma curiosité. Ji
wei n’arrêtait pas de poser des questions, auxquelles je n’avais pas de
réponses. Ce n’est qu’à la page 1300 que je dénichai enfin quelque chose.
S'identifier pour envoyer des commentaires.