BigHorn #2, Pirate du sexe
Éditeur
Ska Éditions
Date de publication
Collection
Culissime
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

BigHorn #2

Pirate du sexe

Ska Éditions

Culissime

Offres

  • AideEAN13 : 9791023408485
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    2.99
_Quand le_ captain _BigHorn éduque son mousse avec la complicité de la
sensuelle Molly... Faut-il que le pirate et la comtesse soient complices dans
ce sacerdoce !
Trois Q sur l’érotomètre Ska !_

[...] Tu lui prends la main et la plaque sur ta poitrine encore couverte. Puis
la tienne s’avance vers son méchant pantalon de coton.
— Mais il pique un fard, ce petit Harper, dis donc, tu as tout ce qu’il faut
pour commencer ta carrière, gentil mousse. Donne-moi un baiser, non, pas sur
la joue, là, sur ma bouche.
Harper dépose un bécot retenu. Tu lui saisis les cheveux et tu écrases ses
lèvres avec entrain.
— Voilà moussaillon comment il faut engager la bataille, c’est un coup de
semonce qui doit faire tomber les résistances. Mais je sens que votre chose
enfle, mon garçon, il ne faut pas faire souffrir votre appendice.
La main de ma Comtesse passe et repasse sur l’étoffe gonflée
— Il faut me libérer cet oiseau, tout comprimé qu’il est dans sa cage !
Cette vision me procure de la joie. Il faudra qu’un jour je vous narre les
raisons qui fondent mon plaisir voyeur. Tu l’entraînes vers mon réduit de
toilette.
J’entends :
— Viens laver ton Jésus. Pour ta naissance au plaisir, il faut que tu sois
aussi pur qu’à ta venue au monde. [...] **
**

**Le feuilleton de ces aventures, rouges comme des boulets, se poursuit par
l’initiation au plaisir d’Harper, moussaillon sur le _Blue Whale_ commandé par
Bighorn. Fantaisie sur fond historique d’une haute intensité érotique, comment
résister à la joie exprimée par Dick et Molly qui s’aiment et se désirent à la
folie. Lorsque BigHorn repartira courir les mers, leurs amours résisteront-
elles ? Une traduction de Nigel Greyman chauffée à blanc, euh... au rouge vif
!**
S'identifier pour envoyer des commentaires.