A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu'à 3 à 4 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

L’heure légale et les fuseaux horaires
Éditeur
Le Mono
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L’heure légale et les fuseaux horaires

Le Mono

Offres

  • Aide EAN13 : 9782491962692
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    3.99
Le 24 février 1898, la Chambre des députés adoptait un projet de loi, dû à
l’initiative parlementaire et ayant pour objet de fixer à nouveau l’heure
légale de notre pays. Il était ainsi formulé : l’ _heure légale, en France et
en Algérie, est l’heure, temps moyen, de Paris, retardée de 9 minutes 21
secondes_. Quelques années plus tôt, le 15 mars 1891, une autre loi, votée sur
l’initiative du Gouvernement, avait déjà établi « l’heure nationale »,
c’est-à-dire l’heure unique remplaçant dans toute l’étendue du territoire
l’infini particularisme des heures locales. C’était — ou ce devait être, car
cette loi a été mal obéie — » l’heure, temps moyen, de Paris. » Défendons-nous
d’un premier mouvement de surprise à voir le Parlement en cette affaire qui
fut autrefois celle des Observatoires et avant tout du soleil. La civilisation
nous oblige à corriger la nature ; et c’est, depuis longtemps, l’appareil
législatif ou gouvernemental qui a dû nous mesurer le temps et régler nos
montres...

L’activité journalière des hommes et le fonctionnement de la société tout
entière se règlent nécessairement sur le temps et ses divisions. La notion de
l’heure, toujours présente, coordonne les activités partielles, rend possible
le concert des efforts et préside à la distribution des travaux. Tous nos
actes, comme notre vie même, sont, selon l’expression mathématique, _une
fonction_ du temps. Les progrès de la civilisation ont continuellement tendu à
préciser davantage cet élément, et à rendre plus facile son emploi. Le pâtre
de Chaldée était réduit à suivre sur la voûte céleste le cours des étoiles ;
l’homme moderne transporte avec lui, partout et toujours, l’instrument
mesureur des durées, et son œil consulte sans cesse la course sur le cadran
divisé des aiguilles agiles et infatigables. Il est permis de dire que les
inventions du cadran solaire, de la clepsydre, de l’horloge et de la montre
marquent des étapes principales dans le développement de la vie sociale...
S'identifier pour envoyer des commentaires.