Écrire, c’est physique, Le travail de l’écrivain au quotidien
Éditeur
publie.net
Date de publication
Collection
Critique & Essai
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Écrire, c’est physique

Le travail de l’écrivain au quotidien

publie.net

Critique & Essai

Offres

  • AideEAN13 : 9782814502987
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    4.99
On le sait, dans nos rencontres d'auteur : ce n'est pas des analyses savantes de nos livres, qu'on échange, et même pas des compliments. Ce qui compte, d'un à l'autre, c'est cette suite de petites choses essentielles : on s'arrange comment, avec la vie, pour écrire ?

C'est du matin, ou du soir ? En lisant quels livres, ou en ne lisant plus du tout ? Et la relation aux éditeurs et faire qu'il soit reçu ou, comme le dit Annie Mignard : "qu'est-ce qui légitime un écrivain ?".

Depuis le début, je souhaite que publie.net soit un voyage dans l'atelier des auteurs. Là, justement, où on parle du travail. Annie Mignard interroge d'abord le corps. Puis l'inconscient. Elle décortique, dans le troisième texte, la relation à la fois symbolique et commerciale qui lit l'auteur à son éditeur.

On peut prendre connaissance du travail d'Annie Mignard via son site anniemignard.com[1], où on retrouvera – avec bien sûr biographie[2] et bibliographie[3], d'autres entretiens ou interventions.

Prendre conscience, avec elle, que le combat avec les pages sans doute ne cesse pas une fois le texte terminé. Et que, de la table d'écrivain comme sur la table du libraire, le lien de l'auteur au monde réel n'est jamais suspendu ou aboli. Les perspectives que cela change sont infiniment concrètes : dans L'Amour de la langue, notamment, l'enjeu pour un écrivain d'intervenir à l'école, et l'enjeu pour l'école de les recevoir – et pourquoi cela passe aussi par les ateliers d'écriture, et à quelles conditions ceux-ci ramènent à la littérature.

Très fier d'accueillir Annie Mignard sur publie.net : les questions évoquées ici, page après page, sont au plus près de ce qu'il est de notre responsabilité de faire circuler, et cela façon permanente, au nom même de la liberté d'écrire, et que cela puisse respirer, être accueilli, transmis.

FB[4]

Photographie CC Thomas Leuthard[5]
S'identifier pour envoyer des commentaires.