L’idée de ludique, comment pensent les algues, stratégies de l’araignée, et du rire comme approche critique de la réalité
Éditeur
publie.net
Date de publication
Collection
Critique & Essai
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L’idée de ludique

comment pensent les algues, stratégies de l’araignée, et du rire comme approche critique de la réalité

publie.net

Critique & Essai

Offres

  • AideEAN13 : 9782814502017
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    4.99
Cela joue de partout !

On glisse, on bascule...

Dans quoi ?

La _ludique_.

Jean-Paul Galibert retourne un présupposé : un philosophe va nécessairement
avoir un regard réprobateur sur un tel sujet.

Or, Jean-Paul Galibert est philosophe.

Donc, Jean-Paul Galibert retourne la situation comme un gant, la déplace et
envisage la ludique comme une problématique philosophique, un enjeu de pensée.

Le texte de Galibert est vif et percutant. Il vient nous secouer et renverse
nos habitudes parce que la pensée ne doit pas s’ _habituer_ , ni ronronner
mais s’impliquer dans les paradoxes (Et de se souvenir que Jean-Paul Galibert
publia en 1997 chez L’Harmattan _Socrate une philosophie du démuement_ ).

« La raison elle-même a le droit de faire tout ce que la raison interdit »
nous rappelle-t-il.

Alors une raison ludique... comme autant de désobéissance, de pas de côté.
C’est d’abord l’invitation à lire l’agilité d’une pensée au bord des « riens »
et des « si peu » qu’on ne prend plus le temps de s’y arrêter. (De rappeler
que Jean-Paul Galibert a publié en 2004 aux éditions Leo Scheer _Invitations
philosophiques à la pensée du rien_ ) Galibert s’amuse aussi de nous car le
terme « jeu » dans sa revisite du sens de ludique s’articule métaphoriquement
au sens mécanique. La pensée de Galibert explore les écarts, les
dysfonctionnements, ces petits « riens » qui transforment et font branler la
pensée en interdisant le ronronnement rassurant des moteurs à injection du
concessionnaire philosophoire.

Voici donc un philosophe qui est de cette trempe à nous parler de fourmi sur
son arbre (ou d’algue, de papillon, etc... le bestiaire voire le _bestiolaire_
est philosophique), et, sans qu’on sans rende compte, pose de complexes
problèmes philosophiques que l’on saisit tout de suite.

Et de penser, dans cette stratégie philosophique de la ludique, comme
rencontre de l’autre et mouvement de libération.

[Sébastien Rongier](http://sebastienrongier.net/)
S'identifier pour envoyer des commentaires.