Confiteor
1 autre image
EAN13
9782330022266
ISBN
978-2-330-02226-6
Éditeur
Actes Sud
Date de publication
Collection
ROMANS, NOUVELLES
Dimensions
24 x 14 cm
Poids
900 g
Langue
français
Langue d'origine
catalan, valencien
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

Avant que la lucidité ne le quitte à jamais, un homme écrit à la femme de sa vie, dans le chaos absolu d’une mémoire vacillante, de longs feuillets recto/verso. D’un côté : l’itinéraire d’un enfant sans amour et l’affliction d’un adulte sans dieu, de l’autre : l’histoire du Mal souverain. Confiteor (en latin : je confesse) est une véritable cathédrale profane.
Le petit Adrià Ardèvol vit dans un immeuble cossu de Barcelone avec un père qui le veut érudit polyglotte et une mère qui le destine à une grande carrière de violoncelliste virtuose. Il est brillant, solitaire et docile jusqu’au jour où il découvre la provenance plus que douteuse de la fortune familiale issue du magasin d’antiquités fondé par son père. Cette révélation progressive embrasse alors la tragique histoire européenne du XXe siècle. Le roman étend ses ramifications dans le temps et dans l’espace. Du Moyen Âge à l’Inquisition, de la post-guerre espagnole à l’Allemagne nazie, d’Anvers à la Cité du Vatican ou à la Crémone de Stradivarius, histoires et personnages se complètent et se répondent dans une forme fragmentaire, qui tous aboutissent à Auschwitz-Birkenau, épicentre de l’horreur absolue.
Un hérétique, un ex-séminariste, un écrivain frustré, un inquisiteur, un médecin nazi, un trafiquant d’incunables verront tour à tour passer entre leurs mains un violon sans prix de Storioni, une médaille de la Vierge à l’enfant, une petite serviette de table à carreaux bleus. Autant d’objets symboliques qui, dans une course folle, traversent les âges pour venir jauger la propension de chacun à faire acte de compassion.
La santé mentale précaire du narrateur garantit la vraisemblance d’un récit qui défie les lois de la narration pour ordonner un chaos magistral. Le récit des actes et des peurs d’un homme seul, contre celui de l’histoire de la pensée. Peut-on pardonner et se pardonner ? Se pardonner d’aimer la connaissance et la beauté intrinsèquement inféodées au mal ? Ou bien chaque homme doit-il porter le poids de toutes les fautes de tous les hommes ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Libraire)
23 juin 2015

Confitéor

Un homme, au soir de sa vie, retrace l'histoire de sa famille et sa propre histoire. Il a grandi à barcelone dans les années 50. Solitaire et se sentant peu aimé de ses parents, il découvre petit à petit le ...

Lire la suite

Commentaires des lecteurs

17 septembre 2014

Espagne, roman à tiroirs

C'est l'histoire de Félix Ardevol et de sa passion pour les beaux objets qui lui piquent le bout des doigts. C'est l'histoire d'un violon de légende, le Vial, depuis sa conception et la découpe de son bois, la vie tumultueuse ...

Lire la suite

4 avril 2014

De la grande littérature

Barcelone, ville magique et truffée de symboles. Adrià veut être historien des idées et de la culture … « Nous ne sommes pas au monde pour être heureux » dit sa mère, qui rêve de faire de lui le meilleur ...

Lire la suite

21 décembre 2013

Adrià Ardevol atteint d’Alzheimer décide de confier à son ami Bernat des feuillets où il a consigné sa vie et où il se confesse. Cette longue lettre est destinée à celle qui l’a toujours aimée Sara. Dis comme cela, on ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jaume Cabré
Plus d'informations sur Edmond Raillard