Éloge de la contradiction, La suite de L'idée de ludique...
Éditeur
publie.net
Date de publication
Collection
Critique & Essai
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Éloge de la contradiction

La suite de L'idée de ludique...

publie.net

Critique & Essai

Offres

  • AideEAN13 : 9782814506848
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    4.99
Si nous parvenions toujours à rire du pire, nous serions heureux. Car le moyen
le plus sûr de rire souvent est de rire du néant. Et le capital, qui domine
notre temps, nous aide puissamment : le principe de l’hypercapitalisme est la
rentabilité, l’inexistence comme rasoir de l’existence. La chose, pour
exister, doit être rentable, rapporter plus qu’elle ne coûte, et donc être à
la fois équivalente et supérieure à sa valeur. Ainsi elle doit, pour exister,
exister de moins en moins. Elle n’apparaît qu’à la condition expresse de
disparaître peu à peu. L’hypercapitalisme est un mode de destruction, une
économie négative, qui place la négation en condition unique de l’existence.
C’est l’expansion du domaine du néant .

À quel principe ontologique plus vaste, plus puissant et plus drôle pourrait-
on songer pour être comme une alternative ? La ludique propose d’opposer à la
négation capitaliste le principe par excellence qui n’exclue rien : la
contradiction. C’est la voie du moindre effort, la seule ouverte au fond à
ceux qui n’ont aucune force. Car pour se rassembler sous la bannière de la
contradiction, les adversaires du capital n’ont même pas besoin de surmonter
leurs divisions. Point besoin de cohérence pour avoir des conséquences. Ils
n’ont même plus besoin d’agir pour ne rien faire. Au fond, le seul espoir d’en
finir avec le capital, c’est qu’il tombe de lui-même en poussière, et c’est
très exactement cela, la contradiction.
S'identifier pour envoyer des commentaires.