Stéphanie Hochet

    Biographie

    Née en 1975, Stéphanie Hochet est écrivain et critique.
    Elle publie son premier roman, Moutarde douce (Robert Laffont) à l’âge de 26 ans. Puis aux éditions Stock: Le Néant de Léon (2003), L’apocalypse selon Embrun (2004), et Les Infernales (2005).
    Je ne connais pas ma force parait en 2007 aux éditions Fayard. Elle reçoit le Prix Lilas 2009 pour Combat de l’amour et de la faim (Fayard).
    La distribution des lumières paru aux éditions Flammarion pour la rentrée littéraire en septembre 2010 obtient le Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres.
    Les Éphémérides (Rivages,mars 2012) deviennent Le effemeridi aux éditions La Linea en Italie, le livre est salué par la critique en particulier dans La Repubblica.
    Sang d'encre, publié dans la maison d'édition créée par Marie-Claude Char et Michèle Gazier aborde la question du tatouage et plus spécifiquement des traces, du corps, de la mémoire. Le livre est sélectionné pour le Prix Jean Carrière.
    Dans «Je» est bon parce qu’il est moi, texte publié dans Libération en juillet 2009 puis aux éditions du Seuil, elle met en scène le délire de toute-puissance d’un chef d’État qui se sent au dessus des lois et des hommes.
    Elle participe à des projets collectifs comme Collection irraisonnée de préfaces à des livres fétiches publié en 2009 chez Intervalles. Et Dictionnaire des séries Télé, éditions Philippe Rey, 2011.
    Son premier essai, Éloge du chat, "se présente tel un petit «traité de la souplesse» inspiré par la place du félidé dans la littérature".
    Elle a tenu une chronique au Magazine des livres, a collaboré à Libération et écrit pour Le Jeudi du Luxembourg.

    Contributions de Stéphanie Hochet